Rencontre avec le texte

GENESE DU PROJET
http://www.samourailles.com/dhom/wp-content/uploads/2013/03/genese.jpg

Au coeur du projet d’Alexandre Jollien : l’acteur.

Ce qui m’a bouleversé à la lecture lorsque le livre est sorti, c’est cette évidence que nous pouvons être, chacun, acteur de sa vie ! Lors de cette première lecture, ce qui m’a passionné, c’est bien cette notion de découverte des outils, des pensées, des secrets d’un homme en train de se construire.
Les grands maîtres du Théâtre Chinois et Japonais enseignent la même chose que Jollien : « le combat joyeux ! ».
C’est ce chantier très concret que je propose de travailler avec le comédien Tifenn Pourcel.
Du théâtre occidental nous poursuivrons les recherches de Vitez, Debauche ou Renucci qui nous ont transmis des outils formidables comme « le cercle des passions ».
Mais nous mettrons aussi le verbe au coeur du travail. Car c’est une chance d’avoir déjà incarné, comme l’a fait Tifenn, les personnages de Shakespeare, Musset, Molière ou Angebaud quand on aborde l’oeuvre de Jollien.
Chaque phrase, mot, phonème est porteur de sens pour l’auteur, comme elle l’est pour l’acteur face à son public ! Nous serons aussi attentifs à l’école du spectateur.
C’est pourquoi l’acte des répétitions, souvent ouvert au public dans le cadre de la médiation, sera pour nous un espace fondamentale du processus de création : proposer, confronter, éprouver !
Et c’est pourquoi nous nous inscrivons aussi, à travers l’imprégnation du training inventé par Pipo Delbono et qui fait référence aujourd’hui au niveau du théâtre européen, dans cette démarche d’un travail avec des acteurs “singuliers”.
La préparation au « joyeux combat » de Jollien est une formidable piste de travail pour l’acteur guerrier ! L’homo Ludens est un homme sensible, c’est à dire aux sens ouverts, aiguisés, prêt à faire face !
Je propose à Tifenn que nous aiguisions ses sens d’acteur, d’autant plus que Jollien nous fournit un matériel, une pharmacopée déjà éprouvée et qui a fait ses preuves !
Nous fournirons aussi à Tifenn, avec la richesse dont il est déjà porteur (et je l’ai vu magnifique sur le plateau de théâtre !), de nouvelles « armes » poétiques et stratégiques ! Nous prendrons les meilleurs découvertes, choisirons ensemble les fragments les plus opérants.
Dans ce vaste chantier, notre souhait de confronter autant les répétitions de notre création artistique à des publics comme les scolaires ou des résidents de structures partenaires, c’est aussi respecter l’auteur Jollien.
Cette interaction recherchée sera pour nous le moyen d’aller vers l’objectif d’une représentation ouverte, vivante et incarnée.
Tant que nous n’arriverons pas à révéler ce bouleversement que procure la lecture du texte, nous poursuivrons le travail, dans la joie de l’effort partagé !

Christophe Chaumette

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .